6/11/2013

Protection des Pôles et Glaciers



Au fil des millénaires, les glaciers ont connu des phases de croissance et de fonte de leur masse, comme le veut la fluctuation naturelle dictée par les cycles climatiques. Dès les dernières décennies, ils ont entamé le déclin qui se poursuit de nos jours.

Au fur et à mesure que la glace fond, il y a de moins en moins d'énergie solaire qui est réfléchie par la glace et de plus en plus absorbée par l'océan.

Une diminution considérable des glaciers et de la couche de glace couvrant la mer dans les régions polaires a été enregistrée. Ainsi, l'épaisseur de la glace de l'Océan Arctique est passée de 4,88m en moyenne dans les années 1980 à 2,75m en l'an 2000, soit une diminution de 2,13m en 20 ans. Selon les études effectuées durant l'année 2003 par la « National Aeronautics and Space Administration (NASA) », l’Arctique perd environ 10% de sa couche de glace permanente.

Au cours du dernier siècle, la température dans les régions du nord a augmenté en moyenne de 1,51° C, ce qui a engendré le phénomène du réchauffement de l'atmosphère, phénomène lié essentiellement à la concentration du gaz à effet de serre dans l'atmosphère. La plus grande hausse de température prévue au cours de ce siècle variera entre 2° C et 6° C et touchera en premier lieu les régions du nord de la planète. Aussi, les méthodes de production des différentes énergies ont clairement démontré leur étroite liaison avec le phénomène du réchauffement qui menace la planète.

Cependant, les régions polaires jouent un rôle important dans le système climatique mondial en stockant l'énergie de toutes les zones chaudes existant à travers le monde, et en échangeant les courants de chaleur en provenance de l'Equateur contre les flux d’eau froide au nord et vice-versa.

Les régions polaires, considérées aussi comme facteur régulateur du climat du monde entier, permettent d'étudier de multiples questions liées à la planète comme le climat, la biodiversité, le trou d'ozone, la chimie de l'atmosphère, la dynamique des océans, la structure du globe, etc.

Notre planète apparaît comme un tout où le climat dépend en partie d'interactions complexes entre l'océan, l'atmosphère, la biosphère, la cryosphère et l'activité de l'homme. La question qui préoccupe l'humanité à l'heure actuelle et comment pouvoir ralentir l'avancée des changements climatiques sur l'ensemble de la planète afin de diminuer leur impact sur les êtres vivants.

Dans l'objectif de réduire l'avancée qui s'avère rapide du phénomène du réchauffement de l'atmosphère, une utilisation optimale des différentes énergies à est nécessaire. L’Algérie souscrit, quant à elle, et quels que soient les dangers qui peuvent être causés à la nature, à tous les efforts déployés par la communauté internationale en vue de protéger et de sauvegarder notre planète.