3/30/2012

Protection des tortues marines (Indonésie)

Les villageois de la région de Yogyakarta sur l’île de Java, en Indonésie, ont relaché 200 bébés-tortues marines dans leur habitat naturel. Il y a 6 mois, le groupe environnemental local la Fondation Kulilang, a commencé à apprendre aux habitants comment protéger les tortues marines de leurs prédateurs terrestres et marins. En Indonésie, il est illégal de chasser, capturer ou manger des tortues marines. Cependant, elles sont encore chassées, à telle point qu’elles sont aujourd’hui en voie d’extinction. Selon des experts, il est difficile d’estimer combien de tortues marines vivent en Indonésie, mais le pays possède le plus grand habitat pour la nidification et l’alimentation des tortues marines.

Source : CCTV.com



3/11/2012

Tunisie Antique-Cité Punique de Kerkouane

 Kerkouane est un site antique tunisien situé sur la côte orientale de la péninsule du cap Bon, à six kilomètres au nord de Hammam Ghezèze. 
Inscrit en 1985 au listes du patrimoine Mondiale de L'UNESCO, Le site de la ville punique de Kerkouane a été repéré au cours de l'année 1952, les fouilles ont été l'œuvre de l'institut national d'archéologie et d'art, les témoignages les plus anciens reconnus sur le site remonteraient au VIe siècle av J.-C. quant aux vestiges, actuellement visibles sur le terrain, ils sont datés de la fin du IVe première moitié du IIIe siècle av. J.-C. 

Cette cité phénicienne, sans doute abandonnée pendant la première guerre punique, et n'ayant de ce fait pas été reconstruite par les Romains, nous offre les seuls vestiges d'une ville phénico-punique qui ait subsisté, ses maisons ont été construites selon un plan type, suivant un modèle d'urbanisme très élaboré.
Le bien est protégé par la Loi 35-1994 relative à la protection du patrimoine archéologique  historique et arts traditionnels, propriété de l'État, il est géré par l'Institut National du Patrimoine (INP) qui est responsable de l'application du Code du patrimoine, La valorisation du site est sous la responsabilité de l'Agence de mise en valeur du patrimoine, Une équipe relevant de l'INP veille à sa sauvegarde et est chargée de sa gestion au quotidien, Un mur de soutènement a été bâti contre la falaise afin de contrer les méfaits du ressac sur les vestiges. 

3/10/2012

Préservation Du Fabuleux Papillon Monarque



Le Monarque est un insecte (lépidoptère) de la famille des Nymphalidae, 
C'est un papillon migrateur qui est célèbre car en Amérique il migre en groupe de millions d'individus sur plus de 4000 kilomètres, deux fois par an, d'Août à Octobre vers le sud  au Mexique, et vers le nord au printemps.

Autrefois, on pensait que ces fabuleaux papillons allaient dans des zones sub-tropicales ou tropicales afin de trouver un climat assez chaud. Mais en 1975, on découvrit que ceux-ci vivaient dans la forêt de Michoacán, dans une région montagneuse, à une altitude moyenne de 3300 mètres, avec des températures s'approchant souvent de zéro. En effet, les papillons possédant un sang froid, ils s'adaptent très rapidement et ainsi éconnomisent de l'énergie en accumulant de la graisse pour le voyage de retour au Nord.
La raison de leur migration provient du besoin de la chaleur printanière afin d'obtenir la maturation sexuelle nécessaire afin de se reproduire, après un hivernage dans un endroit où la température les maintiennent en hibernation, pour ensuite revenir au nord pour terminer leur cycle de vie.

La Réserve de biosphère du papillon monarque protège des sites d’hivernage essentiels pour le papillon monarque. La concentration d’hivernage du papillon monarque dans le bien est un phénomène naturel exceptionnel. Les millions de papillons monarques qui reviennent chaque année sur le site font ployer les branches d’arbres sous leur poids, obscurcissent le ciel lorsqu’ils s’envolent et leurs battements d’ailes produisent un son évoquant une pluie légère. Observer ce phénomène unique est une expérience exceptionnelle de la nature.


L’objectif essentiel de la protection et de la gestion devrait être de faire cesser l’exploitation illicite du bois dans le périmètre du bien. Pour ce faire, les priorités devraient être centrées sur une action et une planification concertées entre toutes les agences fédérales, d’État et locales compétentes, et sur la collaboration avec les communautés locales à la protection de l’environnement et la possibilité d’autres moyens d’existence que l’exploitation du bois. Etant donné que le phénomène d’hivernage est un puissant facteur d’attraction pour les visiteurs, il faut donc orienter la gestion vers une utilisation publique durable du bien.



                                        Le Programme Forêt du Patrimoine mondial
                                             The World Heritage Forest Programme 



3/01/2012

Monuments de Tunisie-Porte et Dar Historique

Petite Histoire sur Tunis:
Inscrite au patrimoine mondial de l'Unesco depuis 1979 LA MEDINA DE TUNIS à été Fondée en 698 autour du noyau initial de la mosquée Zitouna, elle développe son tissu urbain tout au long du Moyen Âge, vers le nord et vers le sud, se divisant ainsi en une médina principale.  
Devenue capitale d'un puissant royaume à l'époque HAFSIDE, foyer religieux et intellectuel et grand centre économique ouvert sur le Proche-Orient, le Maghreb, l'Afrique et l'Europe, elle se dote de nombreux monuments où se mêlent les styles de l'Ifriqiya aux influences andalouses et orientales mais qui empruntent également certaines de leurs colonnes ou leurs chapiteaux aux monuments romains ou byzantins.


Présentation des principaux monuments à travers la philatélie : 
Tunis regorge d'un riche patrimoine civilisationnel dont voici quelques monuments représentés dans une série de timbre émis par la poste tunisienne le 02 Juillet 2010 pour contribuer à mieux faire connaitre la richesse historique de la médina, 
Les monuments en question sont : Dar Ben Abdellah-Dar Hsine-Bab Bhar-Bab Jedid-Bab El-Khadra-Bab Saadoune. 


                                                                                                
                                              Dar Ben Abdallah __________________________________________________
Un des palais les plus prestigieux de la médina de Tunis, Dar Abdellah, situé dans le quartier  sud de la médina et datant de la fin du 18e siécle, porte le nom d’un des anciens  maîtres des, un notable ayant vécu au 19e siécle.La demeure se compose d’un corps de bâtiment principal et de plusieurs annexes. Elle se distingue par ses fresques ornementales aux motifs de style arabo-mauresque,ottoman et italien, et par l’exceptionnelle richesse de ses composants architecturaux et les matériaux précieux utilisés pour sa décoration. Dar Ben Abdallah est devenue en 1978,le Musée des traditions de la ville de Tunis.


                                              Dar Hsine         __________________________________________________

Ce monument a été construit au 18e siècle sur l’emplacement de l’ancien palais princier de la dynastie des Béni Khourasan.Il se trouve au faubourg de Bab Mnara, à proximité immédiate de la place qui porte son nom. Le ministre Youssef  Saheb Ettabaa avait  racheté  cette demeure qu’il avait fait agrandir et embellir en en faisant un joyau architectural dans 
la pure tradition tunisoise. Dar Hsine est devenu en 1858 le siège du premier Conseil Municipal de la ville de Tunis. Il porte le nom du Général Hsine, un des premiers Maires de la Capitale au 18e siécle.Ce palais servit de quartier général du corps expéditionnaire français à partir de 1882.Il est devenu, depuis 1957 le siège de l’Institut National du Patrimoine.

                                              Bab Bhar         __________________________________________________
C’est l’une des « portes » de la médina de Tunis. Construit à l’époque des Aghlabides sur la façade Est de la muraille entourant la médina, ce monument fut baptisé Bab Bhar (porte de la mer) parce qu’il faisait face à la mer et fut un point de passage entre la médina et le port sur la rive du lac de Tunis.




                                              Bab Saâdoun      __________________________________________________
Cette « porte » fut construite en 1434 sous le règne du sultan hafside Mohammed       El-Montasser, non loin de Bab Souka.Ce nom lui a été attribué en hommage au marabout « Sid Abi Saadoun ».Bab Saadoun donnait sur les routes menant à Béja, Bizerte et Le Kef. Il comportait à l’origine un seul arc, avant que deux autres arcs lui soient accolés en 1881 afin de faciliter la circulation.




                                              Bab El Khadra       _________________________________________________
Délimitant la partie nord de la médina. Il fut construit en 1320 en forme d’arc dépouillé, puis démoli et reconstruit en 1881 dans le but de faciliter les transactions commerciales, Bab El-Khadra porte une des appellations emblématiques de la ville de Tunis,  « Tounes El-Khadra », littéralement  «  Tunis la verte »,par référence aux vergers verdoyants qui l’entouraient.




                                              Bab Jédid         ____________________________________________________
Sixième « porte » des murailles de la médina, Bab Jedid fut construit sous le règne du Sultan Yahia Al-Hafsi,en 1278.Il fut baptisé Bab Jédid parce qu’il fut construit sous le règne du bey husseinite Ali Bey à la suite des dégâts qu’il subit au 18e siècles lors de la révolte conduite par Ali Pacha .Bab  Jédid donne sur l’avenue qui porte le boulevard du même nom. Il est aussi connu sous l’appellation de Bab El-Haddada 

*****************************************************************************************************************************