6/07/2012

50éme Anniversaires du Premier Américain en Orbite

20 Février 1962..
Il y a 50 ans, les Américains faisaient leur entrée dans l'espace.
Tout commença sous le régime nazi, lorsque les V2, premiers missiles opérationnels et préfiguration des lanceurs de l'ère spatiale, furent mis au point et utilisés par les Allemands à la fin de la deuxième guerre mondiale.
Dès 1944, Soviétiques et Américains firent la chasse aux ingénieurs ayant travaillé sur les projets aéronautiques et spatiaux innovants des nazis. Des savants furent invités à rejoindre un camp ou l'autre dans le climat de guerre froide qui s'installait. Invités, convaincus, payés ou tout simplement enlevés, tous les arguments en vérité furent utilisés.

Le 4 octobre 1957, Spoutnik-1, le premier satellite terrestre artificiel, est placé sur orbite par l'URSS. Il effectue 1 seule orbite en 96 minutes.

En pleine guerre froide, cette réussite soviétique stupéfie les Américains. Pour arriver à un tel résultat, l'URSS a forcément appris à maîtriser suffisamment la technologie des lanceurs. L'Amérique devient donc potentiellement une cible que l'on peut frapper à grande distance, éventuellement avec des armes nucléaires. L'éloignement géographique est gommé par cette évolution. Les Américains ne sont pas seulement époustouflés par ce succès soviétique, ils ont peur. Ce sont bien principalement des considérations de défense nationale qui entraîneront les Etats-Unis dans la course à l'espace.
Le 3 novembre 1957, Spoutnik-2 emporte en orbite la chienne Laïka, qui trouve la mort dans l'expérience.

L'URSS triomphe véritablement le 12 avril 1961 avec Youri Gagarine, le premier homme à parcourir une orbite terrestre, à bord de Vostok-1. Un nouveau choc pour l'Amérique et pour le monde.

Le 5 mai 1961, Alan Shepard devient le premier astronaute américain, le premier aussi à effectuer pour la NASA un vol suborbital, à bord de Freedom-7. Il est rapidement suivi le 21 juillet 1961 par Gus Grissom, à bord de Liberty Bell-7. L'espace se rapproche pour la NASA.

Mais l'URSS enfonce le clou le 6 août 1961 avec la mission Vostok-2 qui permet à Gherman Titov de parcourir 17 orbites terrestres.

La NASA peine à mettre au point son lanceur, la fusée Atlas, qui pose d'importants problèmes de sécurité. La date du lancement de la première mission orbitale est plusieurs fois reportée.

La Mission Mercury-6. Enfin, le 20 février 1962, John Glenn, à bord de Friendship-7, effectue la première mission spatiale des Américains. Au cours d'un vol de 4 heures 55 minutes, Glenn accomplit 3 orbites terrestres.
Les Américains sont fiers. Ils sont rassurés aussi.

Sur le plan de la fierté nationale, ils ont rejoint l'URSS. C'est important. Le sentiment de fierté nationale est vu comme un élément de cohésion sociale au niveau national et comme un moteur du développement économique. Sur le plan de la défense, et c'est encore plus important, ils viennent de prouver qu'eux aussi maîtrisent désormais un lanceur, une arme potentielle.


L'homme qui gagne, l'homme qui perd
Du 16 au 19 juin 1963, au cours de la mission Vostok-6 qui dure 2 jours 22 heures et 41 minutes, Valentina Terechkova devient la première femme de l'espace. Elle effectue 48 orbites terrestres. La durée de ce vol spatial soviétique dépasse le temps total passé jusqu'alors dans l'espace par les Américains.
Et la course à l'espace se poursuivit et se poursuit toujours avec opiniâtreté. Celle aux armements intercontinentaux et spatiaux aussi. L'une course se nourrit de l'autre et réciproquement. C'est comme cela depuis le début. Il est judicieux de ne pas l'oublier.
Source : www.plus.lefirago.fr