8/13/2012

Les Sundarbans, Site Naturel exceptionnel (Bangladesh)

La forêt de mangroves des Sundarbans, l’une des plus grandes forêts mondiales de ce type (140 000 ha), couvre le delta du Gange, du Brahmapoutre et de la Meghna, dans la baie du Bengale. Elle est contiguë au site indien des Sundarbans, classé patrimoine mondial depuis 1987. L’ensemble du site est entrecoupé d’un réseau complexe de voies d’eau sous l’influence des marées, de vasières et d’îlots de forêts de mangroves halophiles, offrant un excellent exemple de processus géologiques en cours. Le site est également connu pour la richesse de sa faune qui comprend 260 espèces d’oiseaux, le tigre du Bengale et d’autres espèces menacées comme le crocodile marin et le python indien. 

 ---------------------------------------------------------------------------------------------------------------------


The Sundarbans consist of three wildlife sanctuaries (Sundarbans West, East and South) lying 
on disjunct deltaic islands just west of the main outflow of the Ganges, Brahmaputra and Meghna rivers, close to the border with India.
The sanctuaries are intersected by a complex network of tidal waterways, mud flats and small islands of salt tolerant mangrove forests. The area is flooded with brackish water during high tides which mix with freshwater from inland rivers.
The larger channels are often a kilometre or two wide and generally run in a north-south direction. Rivers tend to be long and straight, a consequence of the strong tidal forces and the easily eroded clay and silt deposits. But apart from Baleswar River the waterways carry little freshwater as they are cut off from the Ganges, the outflow of which has shifted from the Hooghly-Bhagirathi channels in India progressively eastwards since the 17th century. They are kept open largely by the diurnal tidal flow.
Alluvial deposits are geologically very recent and deep. The soil is a clay loam with alternate layers of clay, silt and sand. The surface is clay except on the seaward side of islands in the coastal limits, where sandy beaches occur. The monsoon rains, flooding, delta formation, and tidal influence combine in the Sundarbans to for a dynamic landscape that is constantly changing.
Sands collect at the river mouths and form banks and chars, which are blown into dunes by the strong south-west monsoon winds. Finer silts are washed out into the Bay of Bengal where they form mud flats in the lee of the dunes. These become overlain with sand from the dunes and develop into grassy middens.
Because of the dominance of saline conditions, the forest flora in the western Sundarbans is not as diverse as in the east. Forest areas are dominated by a few species mostly Sundri and Gewu and patches of Nypa palm and several other of the 27 species of mangrove that are found in the Sundarbans.
The property is the only remaining habitat in the lower Bengal Basin for a variety of faunal species. The presence of 49 mammal species has been documented. Of these, no less than five spectacular species, Javan rhinoceros, water buffalo, swamp deer, gaur and probably hog deer have become locally extirpated since the beginning of the 21st century.
The Sundarbans of Bangladesh and India support one of the largest populations of Royal Bengal Tiger with an estimated 350 individuals. Other mammals include spotted deer and wild boar, three species of wild cat and Ganges River dolphin, which occurs in some of the larger waterways. Of the three species of otter, smooth-coated otter is domesticated by fishermen and used to drive fish into their nets.
Some 53 reptile species and eight amphibian species have been recorded of these mugger crocodile is now extinct, probably as a result of past over-exploitation, although it still occurs in at least one location nearby. Estuarine crocodile still survives but its numbers have been greatly depleted through hunting and trapping for skins. Four species of marine turtle have been recorded from the area. The varied and colourful bird-life to be seen along its waterways is one of the Sundarbans' greatest attractions. There are some 315 species of waterfowl, raptors and forest birds including nine species of kingfisher and the magnificent white-bellied sea eagle.
Source : whc.unesco.org



7/21/2012

Centenaire de la Révolution Chinoise sur FDC


La Révolution chinoise de 1911 désigne la révolution démocratique bourgeoise qui a éclaté en 1911, en l'an 3 du règne Xuantong de la dynastie Qing. Ce grand mouvement politique a renversé le système impérial qui gouvernait la Chine depuis deux millénaires. Comme cette année-là était l'année Xinhai dans le calendrier lunaire, l'événement est aussi connu sous le nom de Révolution Xinhai.
En 1939, Mao Zedong a écrit dans son essai L'orientation du mouvement de la jeunesse que la Révolution de 1911 avait eu un côté victorieux et un côté raté. « Vous voyez, elle a détrôné l'empereur. N'est-ce pas là une victoire ? Sur le plan négatif, la Révolution de 1911 n'a chassé qu'un seul empereur. Le pays est encore sous domination impérialiste et féodale. La mission anti-impérialiste et antiféodale n'est pas accomplie ».
Le Parti communiste chinois (PCC), qui est monté sur la scène politique dans les années 1920, s'est nourri d'une interprétation de la Révolution de 1911 selon le contexte de l'époque.

6/17/2012

Le Grondin Perlon péché par la poste Turque


Le grondin perlon (Chelidonichthys lucernus) est une espèce de poisson téléostéen. Il est appelé "grondin" en raison des bruits ventraux qu'il produit, et qui ressemblent à des grondements.


Le grondin affectionne les fonds sableux ou vaseux, mais ne rechigne pas devant un fond rocheux. 


Le grondin est souvent pêché à l'appat naturel, mais il est déjà arrivé qu'il morde sur une cuiller dandinée très près du fond. Sa pêche n'est pas vraiment sportive, en raison de sa taille d'environ une trentaine de centimètres, mais des spécimens de 70 centimètres ont déjà été capturés.

6/08/2012

Histoire-Chemin de Fer de la Lettonie


Lettre envoyée de la ville de Rïga en Lettonie, affranchie avec un timbre de la série locomotives a vapeurs, qui retrasse l'histoire des chemins de fer Lettons.

l'oblitération a gauche commémore le 150éme anniversaires de la construction de la première ligne de chemin de fer entre les deux principales villes Lettones (Riga et Daugavpils)

Présentation de la ville de Rïga (Lettonie)
Riga est la capitale de la Lettonie, Construite sur la mer Baltique au fond du golfe de Riga, dans lequel se jette la Daugava, c'est un centre industriel, commercial, culturel et financier majeur de la région de Vidzeme.

La particularité de Riga est l'origine diverse de sa population. Elle n'a été mono-ethnique que de sa fondation au xIIIe siècle jusqu'au XVIIe, où elle était exclusivement peuplée de germano-baltes qui ont laissé leur empreinte dans tous les monuments historiques de la ville, tandis que l'administration municipale et ecclésiastique demeura germanophone jusqu'à la veille de la Première Guerre mondiale. Les Lettons étaient quant à eux ruraux. Riga était, même sous les dominations polonaise, suédoise et russe, un îlot germanophone peuplée de germano-baltes, avec une forte minorité juive s'exprimant en yiddish ou en allemand. Au xviiie siècle, les Russes lèveront les barrières de peuplement imposées par la municipalité et commenceront à s'y installer, ainsi que les Lettons. Au xixe siècle, la population de ce qui était la troisième ville de l'Empire russe est de plus en plus bigarrée (Germano-baltes, Lettons, Russes, Polonais, Biélorusses, Juifs). Après le départ en masse des germanophones, les germano-baltes, au xxe siècle, l'extermination des Juifs pendant l'occupation allemande, et finalement l'arrivée de populations soviétiques variées, après la Seconde Guerre mondiale, le caractère multi-ethnique de la ville perdura (vers 1950, 60% étaient de langue lettonne et 40% russophones).
Cependant l'indépendance de 1991 imposera des restrictions de naturalisations sur des critères ethnolinguistiques, la refusant aux russophones, posant aujourd'hui un problème ethnique spécial pour un pays de l'Union européenne.

Présentation de la ville de Daugavpils (Lettonie)
Daugavpils est la deuxième ville en population de la (avec 110 000 habitants). C'est également le chef-lieu de la province orientale de Latgale, La ville se trouve au sud-est de la Lettonie, sur les deux berges du fleuve Daugava. Elle est très proche des frontières lituanienne biélorusse et russe, La langue officielle est le letton, mais la langue de communication majoritaire entre les différentes communautés reste le russe.

6/07/2012

50éme Anniversaires du Premier Américain en Orbite

20 Février 1962..
Il y a 50 ans, les Américains faisaient leur entrée dans l'espace.
Tout commença sous le régime nazi, lorsque les V2, premiers missiles opérationnels et préfiguration des lanceurs de l'ère spatiale, furent mis au point et utilisés par les Allemands à la fin de la deuxième guerre mondiale.
Dès 1944, Soviétiques et Américains firent la chasse aux ingénieurs ayant travaillé sur les projets aéronautiques et spatiaux innovants des nazis. Des savants furent invités à rejoindre un camp ou l'autre dans le climat de guerre froide qui s'installait. Invités, convaincus, payés ou tout simplement enlevés, tous les arguments en vérité furent utilisés.

Le 4 octobre 1957, Spoutnik-1, le premier satellite terrestre artificiel, est placé sur orbite par l'URSS. Il effectue 1 seule orbite en 96 minutes.

En pleine guerre froide, cette réussite soviétique stupéfie les Américains. Pour arriver à un tel résultat, l'URSS a forcément appris à maîtriser suffisamment la technologie des lanceurs. L'Amérique devient donc potentiellement une cible que l'on peut frapper à grande distance, éventuellement avec des armes nucléaires. L'éloignement géographique est gommé par cette évolution. Les Américains ne sont pas seulement époustouflés par ce succès soviétique, ils ont peur. Ce sont bien principalement des considérations de défense nationale qui entraîneront les Etats-Unis dans la course à l'espace.
Le 3 novembre 1957, Spoutnik-2 emporte en orbite la chienne Laïka, qui trouve la mort dans l'expérience.

L'URSS triomphe véritablement le 12 avril 1961 avec Youri Gagarine, le premier homme à parcourir une orbite terrestre, à bord de Vostok-1. Un nouveau choc pour l'Amérique et pour le monde.

Le 5 mai 1961, Alan Shepard devient le premier astronaute américain, le premier aussi à effectuer pour la NASA un vol suborbital, à bord de Freedom-7. Il est rapidement suivi le 21 juillet 1961 par Gus Grissom, à bord de Liberty Bell-7. L'espace se rapproche pour la NASA.

Mais l'URSS enfonce le clou le 6 août 1961 avec la mission Vostok-2 qui permet à Gherman Titov de parcourir 17 orbites terrestres.

La NASA peine à mettre au point son lanceur, la fusée Atlas, qui pose d'importants problèmes de sécurité. La date du lancement de la première mission orbitale est plusieurs fois reportée.

La Mission Mercury-6. Enfin, le 20 février 1962, John Glenn, à bord de Friendship-7, effectue la première mission spatiale des Américains. Au cours d'un vol de 4 heures 55 minutes, Glenn accomplit 3 orbites terrestres.
Les Américains sont fiers. Ils sont rassurés aussi.

Sur le plan de la fierté nationale, ils ont rejoint l'URSS. C'est important. Le sentiment de fierté nationale est vu comme un élément de cohésion sociale au niveau national et comme un moteur du développement économique. Sur le plan de la défense, et c'est encore plus important, ils viennent de prouver qu'eux aussi maîtrisent désormais un lanceur, une arme potentielle.


L'homme qui gagne, l'homme qui perd
Du 16 au 19 juin 1963, au cours de la mission Vostok-6 qui dure 2 jours 22 heures et 41 minutes, Valentina Terechkova devient la première femme de l'espace. Elle effectue 48 orbites terrestres. La durée de ce vol spatial soviétique dépasse le temps total passé jusqu'alors dans l'espace par les Américains.
Et la course à l'espace se poursuivit et se poursuit toujours avec opiniâtreté. Celle aux armements intercontinentaux et spatiaux aussi. L'une course se nourrit de l'autre et réciproquement. C'est comme cela depuis le début. Il est judicieux de ne pas l'oublier.
Source : www.plus.lefirago.fr





5/27/2012

Centenaire de la LPO (Un Combat sans fin)


La LPO est une des plus anciennes associations d'environnement en France (créée en 1912) qui a su conjuguer sa spécificité naturaliste (qui ne se limite plus aux seuls oiseaux) et son expertise dans une société qui comprend que son mode de vie influe non seulement sur les écosystèmes, mais sur l'humanité et la planète.


Son activité s’articule autour de 3 grandes missions :
-Protection des espèces
-Préservation des espaces
-Education et sensibilisation 


La LPO est le représentant français de BirdLife International, alliance mondiale qui réunit plus de 100 organisations de protection de la nature (2,3 millions d’adhérents dans le monde).


A l'occasion de ces 100 Ans de combat, La LPO en partenariat avec la Poste, les associations philatéliques locales, a organisé des manifestations « Timbre 1er jour » , et a diffusé à cette occasion des souvenirs philatéliques, dont des cartes et des enveloppes 1er Jour.
  

Le Balbuzard pêcheur est une espèce de rapaces diurnes de taille moyenne, c’est un piscivore spécialisé et cosmopolite
Ce rapace, singulier sur le plan morphologique, est assez différent des autres rapaces.


Un nid de balbuzard a été équipé d’une caméra en Estonie et la reproduction peut être suivie en Direct en cliquant ici






L’Outarde canepetière (Tetrax tetrax) est la seule espèce du genre Tetrax. C'est un des oiseaux les plus menacés des plaines cultivées de France.
Au sol, l’outarde passe souvent inaperçue mais en vol ses rémiges primaires d’un blanc pur à l’extrémité noire sont très reconnaissables.





         
La Gorgebleue à miroir (Luscinia svecica), aussi orthographié Gorge-bleue, est une espèce de passereaux appartenant à la famille des Muscicapidae, Il existe de nombreuses sous-espèces.









5/08/2012

Le mystère entre le Titanic et le Titan




Aucun autre désastre maritime n’a provoquait autant de mystères, de questions et d’incertitudes que celui du célèbre Titanic. 
Considéré comme étant submersible et ne pouvant couler, le Titanic allait marquer de manière plus que tragique les esprits de millions de personnes.
La catastrophe eut lieux dans la nuit du 14 au 15 avril 1912. Le luxueux Titanic sombra dramatiquement au large de Terre-Neuve (Canada) et provoqua la mort d’un peu plus de 1500 personnes.
De nombreux livres de fictions furent écrits concernant les diverses prémonitions et coïncidences autour de cette tragédie.
La plus étonnante d’entres toutes et très certainement celle de l’écrivain Morgan Robertson qui écrivit alors une nouvelles des plus intrigantes du nom de Futility.
Futility raconte la tragédie d’un palace flottant qui, lors de son voyage inaugurale pour les Etats-Unis en partance de Southampton, sombra quelques jours plus tards.
Ce monstre des mers était considéré comme étant le plus grand, le plus gros et le plus luxueux navire jamais construit. Il se nommait « Titan ».
Dans cette nouvelle, qui fut pourtant écrite de nombreuses années avant la tragédie du Titanic, d’étranges similitudes restent encore sans réponse.
Tout comme le Titanic, le « Titan » ne parvint jamais à destination et sombra tragiquement après avoir heurté un iceberg dans l’Atlantique Nord.
Les deux navires étaient de tailles relativement semblables, avaient exactement la même vitesse et à quelques choses près pouvaient accueillir le même nombre de passagers.
D’après le témoignage d’un de ces amis, Robertson croyait fortement qu’un esprit ou une âme, s’emparait de lui lorsqu’il écrivait.
Il est même allé jusqu’à prétendre qu’il le considérait comme son « partenaire d’écriture astrale



4/06/2012

WWF-Protected Birds Species in Liechtenstein

Lorsque le World Wildlife Fund (WWF) a été créé en Suisse le 29 avril 1961, aucun des pères fondateurs ne se doutait que cette initiative privée pour la protection de la nature allait devenir l’une des plus grandes organisations de protection de l’environnement, active dans le monde entier, comptant près de 60 sections nationales et 4000 collaborateurs, lesquels s’engagent dans près de 100 pays, avec plus de 2000 projets pour la protection de la nature et de l‘environnement. Ces dernières années, l’éventail des tâches du WWF est passé de la seule protection des espèces à la protection générale de l’environnement et, en particulier, la lutte contre l’effet de serre anthropogène. 
Cette mutation est allée de pair avec une évolution des mentalités en matière de protection de la nature et de l‘environnement. En 1986, à l’occasion de son 25ème anniversaire, le nom du WWF a de ce fait été adapté au changement de son domaine d’activité, l’organisation étant rebaptisée « World Wide Fund For Nature ». Mondialement connu, le logo du panda, symbole de la protection de l’environnement dans le monde entier, est quant à lui resté inchangé.           


A l’occasion du « 50ème anniversaire du WWF », les oiseaux étant particulièrement sensibles aux modifications apportées par l’homme au paysage, Philatelie Liechtenstein édite une série sur les « Espèces d’oiseaux menacées au Liechtenstein». 
Créée par l’artiste liechtensteinois Jacques Sonderer, elle compte huit timbres individuels qui représentent chacun une espèce d’oiseaux menacée au Liechtenstein valeur 1,00 CHF (0.83 Euro) dans un environnement naturel stylisé, outre les espèces d’oiseaux menacées d’extinction telles que :
Le Rossignol (luscinia megarhynchos) 
Le Torcol fourmilier (jynx torquilla) 
Le Faucon hobereau (falco subbuteo)
Le Rougequeue à front blanc (phoenicurus phoenicurus) 
La Chouette chevêchette (glaucidium passerinum) 
La Pie-grièche écorcheur (lanius collurio) 
Le Loriot d‘Europe (oriolus oriolus) 
Le Tarier des prés (saxicola rubetra) 

La série est éditée sous forme de bloc-feuillet qui composent une image d’un seul paysage. 
Les timbres sont hexagonaux et auto-collants. 



Source : http://www.philatelie.li

3/30/2012

Protection des tortues marines (Indonésie)

Les villageois de la région de Yogyakarta sur l’île de Java, en Indonésie, ont relaché 200 bébés-tortues marines dans leur habitat naturel. Il y a 6 mois, le groupe environnemental local la Fondation Kulilang, a commencé à apprendre aux habitants comment protéger les tortues marines de leurs prédateurs terrestres et marins. En Indonésie, il est illégal de chasser, capturer ou manger des tortues marines. Cependant, elles sont encore chassées, à telle point qu’elles sont aujourd’hui en voie d’extinction. Selon des experts, il est difficile d’estimer combien de tortues marines vivent en Indonésie, mais le pays possède le plus grand habitat pour la nidification et l’alimentation des tortues marines.

Source : CCTV.com



3/11/2012

Tunisie Antique-Cité Punique de Kerkouane

 Kerkouane est un site antique tunisien situé sur la côte orientale de la péninsule du cap Bon, à six kilomètres au nord de Hammam Ghezèze. 
Inscrit en 1985 au listes du patrimoine Mondiale de L'UNESCO, Le site de la ville punique de Kerkouane a été repéré au cours de l'année 1952, les fouilles ont été l'œuvre de l'institut national d'archéologie et d'art, les témoignages les plus anciens reconnus sur le site remonteraient au VIe siècle av J.-C. quant aux vestiges, actuellement visibles sur le terrain, ils sont datés de la fin du IVe première moitié du IIIe siècle av. J.-C. 

Cette cité phénicienne, sans doute abandonnée pendant la première guerre punique, et n'ayant de ce fait pas été reconstruite par les Romains, nous offre les seuls vestiges d'une ville phénico-punique qui ait subsisté, ses maisons ont été construites selon un plan type, suivant un modèle d'urbanisme très élaboré.
Le bien est protégé par la Loi 35-1994 relative à la protection du patrimoine archéologique  historique et arts traditionnels, propriété de l'État, il est géré par l'Institut National du Patrimoine (INP) qui est responsable de l'application du Code du patrimoine, La valorisation du site est sous la responsabilité de l'Agence de mise en valeur du patrimoine, Une équipe relevant de l'INP veille à sa sauvegarde et est chargée de sa gestion au quotidien, Un mur de soutènement a été bâti contre la falaise afin de contrer les méfaits du ressac sur les vestiges. 

3/10/2012

Préservation Du Fabuleux Papillon Monarque



Le Monarque est un insecte (lépidoptère) de la famille des Nymphalidae, 
C'est un papillon migrateur qui est célèbre car en Amérique il migre en groupe de millions d'individus sur plus de 4000 kilomètres, deux fois par an, d'Août à Octobre vers le sud  au Mexique, et vers le nord au printemps.

Autrefois, on pensait que ces fabuleaux papillons allaient dans des zones sub-tropicales ou tropicales afin de trouver un climat assez chaud. Mais en 1975, on découvrit que ceux-ci vivaient dans la forêt de Michoacán, dans une région montagneuse, à une altitude moyenne de 3300 mètres, avec des températures s'approchant souvent de zéro. En effet, les papillons possédant un sang froid, ils s'adaptent très rapidement et ainsi éconnomisent de l'énergie en accumulant de la graisse pour le voyage de retour au Nord.
La raison de leur migration provient du besoin de la chaleur printanière afin d'obtenir la maturation sexuelle nécessaire afin de se reproduire, après un hivernage dans un endroit où la température les maintiennent en hibernation, pour ensuite revenir au nord pour terminer leur cycle de vie.

La Réserve de biosphère du papillon monarque protège des sites d’hivernage essentiels pour le papillon monarque. La concentration d’hivernage du papillon monarque dans le bien est un phénomène naturel exceptionnel. Les millions de papillons monarques qui reviennent chaque année sur le site font ployer les branches d’arbres sous leur poids, obscurcissent le ciel lorsqu’ils s’envolent et leurs battements d’ailes produisent un son évoquant une pluie légère. Observer ce phénomène unique est une expérience exceptionnelle de la nature.


L’objectif essentiel de la protection et de la gestion devrait être de faire cesser l’exploitation illicite du bois dans le périmètre du bien. Pour ce faire, les priorités devraient être centrées sur une action et une planification concertées entre toutes les agences fédérales, d’État et locales compétentes, et sur la collaboration avec les communautés locales à la protection de l’environnement et la possibilité d’autres moyens d’existence que l’exploitation du bois. Etant donné que le phénomène d’hivernage est un puissant facteur d’attraction pour les visiteurs, il faut donc orienter la gestion vers une utilisation publique durable du bien.



                                        Le Programme Forêt du Patrimoine mondial
                                             The World Heritage Forest Programme 



3/01/2012

Monuments de Tunisie-Porte et Dar Historique

Petite Histoire sur Tunis:
Inscrite au patrimoine mondial de l'Unesco depuis 1979 LA MEDINA DE TUNIS à été Fondée en 698 autour du noyau initial de la mosquée Zitouna, elle développe son tissu urbain tout au long du Moyen Âge, vers le nord et vers le sud, se divisant ainsi en une médina principale.  
Devenue capitale d'un puissant royaume à l'époque HAFSIDE, foyer religieux et intellectuel et grand centre économique ouvert sur le Proche-Orient, le Maghreb, l'Afrique et l'Europe, elle se dote de nombreux monuments où se mêlent les styles de l'Ifriqiya aux influences andalouses et orientales mais qui empruntent également certaines de leurs colonnes ou leurs chapiteaux aux monuments romains ou byzantins.


Présentation des principaux monuments à travers la philatélie : 
Tunis regorge d'un riche patrimoine civilisationnel dont voici quelques monuments représentés dans une série de timbre émis par la poste tunisienne le 02 Juillet 2010 pour contribuer à mieux faire connaitre la richesse historique de la médina, 
Les monuments en question sont : Dar Ben Abdellah-Dar Hsine-Bab Bhar-Bab Jedid-Bab El-Khadra-Bab Saadoune. 


                                                                                                
                                              Dar Ben Abdallah __________________________________________________
Un des palais les plus prestigieux de la médina de Tunis, Dar Abdellah, situé dans le quartier  sud de la médina et datant de la fin du 18e siécle, porte le nom d’un des anciens  maîtres des, un notable ayant vécu au 19e siécle.La demeure se compose d’un corps de bâtiment principal et de plusieurs annexes. Elle se distingue par ses fresques ornementales aux motifs de style arabo-mauresque,ottoman et italien, et par l’exceptionnelle richesse de ses composants architecturaux et les matériaux précieux utilisés pour sa décoration. Dar Ben Abdallah est devenue en 1978,le Musée des traditions de la ville de Tunis.


                                              Dar Hsine         __________________________________________________

Ce monument a été construit au 18e siècle sur l’emplacement de l’ancien palais princier de la dynastie des Béni Khourasan.Il se trouve au faubourg de Bab Mnara, à proximité immédiate de la place qui porte son nom. Le ministre Youssef  Saheb Ettabaa avait  racheté  cette demeure qu’il avait fait agrandir et embellir en en faisant un joyau architectural dans 
la pure tradition tunisoise. Dar Hsine est devenu en 1858 le siège du premier Conseil Municipal de la ville de Tunis. Il porte le nom du Général Hsine, un des premiers Maires de la Capitale au 18e siécle.Ce palais servit de quartier général du corps expéditionnaire français à partir de 1882.Il est devenu, depuis 1957 le siège de l’Institut National du Patrimoine.

                                              Bab Bhar         __________________________________________________
C’est l’une des « portes » de la médina de Tunis. Construit à l’époque des Aghlabides sur la façade Est de la muraille entourant la médina, ce monument fut baptisé Bab Bhar (porte de la mer) parce qu’il faisait face à la mer et fut un point de passage entre la médina et le port sur la rive du lac de Tunis.




                                              Bab Saâdoun      __________________________________________________
Cette « porte » fut construite en 1434 sous le règne du sultan hafside Mohammed       El-Montasser, non loin de Bab Souka.Ce nom lui a été attribué en hommage au marabout « Sid Abi Saadoun ».Bab Saadoun donnait sur les routes menant à Béja, Bizerte et Le Kef. Il comportait à l’origine un seul arc, avant que deux autres arcs lui soient accolés en 1881 afin de faciliter la circulation.




                                              Bab El Khadra       _________________________________________________
Délimitant la partie nord de la médina. Il fut construit en 1320 en forme d’arc dépouillé, puis démoli et reconstruit en 1881 dans le but de faciliter les transactions commerciales, Bab El-Khadra porte une des appellations emblématiques de la ville de Tunis,  « Tounes El-Khadra », littéralement  «  Tunis la verte »,par référence aux vergers verdoyants qui l’entouraient.




                                              Bab Jédid         ____________________________________________________
Sixième « porte » des murailles de la médina, Bab Jedid fut construit sous le règne du Sultan Yahia Al-Hafsi,en 1278.Il fut baptisé Bab Jédid parce qu’il fut construit sous le règne du bey husseinite Ali Bey à la suite des dégâts qu’il subit au 18e siècles lors de la révolte conduite par Ali Pacha .Bab  Jédid donne sur l’avenue qui porte le boulevard du même nom. Il est aussi connu sous l’appellation de Bab El-Haddada 

*****************************************************************************************************************************





2/13/2012

L'évolution de la Bicyclette (des origines à nos jours)

                                                                                  


Vélocipède est le nom donné par Karl Drais à sa Draisienne (Premier type Bicycle), il devient ensuite un nom générique et est l'origine du terme vélo utilisé dans le langage courant pour désigner une bicyclette.                                                                                                                                                                                                                                                               
La Draisienne (Laufsmaschine) est inventée en 1817 par un Allemand, Karl Drais d'où son nom. Il établit un premier record le 12 Juin  1817, parcourant 14,4 km en 1 heure.
      
L'idée d'attacher des pédales à la roue avant d'un hobby-horse peut sembler évidente aujourd'hui, mais avant 1860, la plupart des gens croyaient qu'un conducteur ne pouvait pas se tenir longtemps en équilibre sans devoir mettre les pieds par terre. Plusieurs concepteurs prouvèrent que cette croyance ne tenait pas lorsqu'ils ajoutèrent des pédales à la roue avant des vélocipèdes et réussirent à les propulser, à les conduire et à s'y tenir en équilibre. Un de ces concepteurs, Pierre Michaux, fit de sa version du vélocipède, est connu un immense succès commercial en France. Pierre Lallement, un Français expatrié aux États-Unis, breveta également un modèle de vélocipède qui a donné naissance à l'industrie de la bicyclette en Amérique du Nord.
                                                                                                        
Le grand-bi apparait à une période où l'intérêt du grand public pour le vélocipède Français a largement diminué. Il reste toutefois un fort intérêt pour les courses cyclistes, ce sont ces dernières qui motivent l'apparition du grand-bi. L'augmentation de la taille de la roue avant, sur laquelle sont attachées les pédales, permet en effet d'obtenir des vitesses plus élevées. Plus une roue est grande, plus la distance parcourue est importante à chaque tour de pédale ; en parallèle, comme la vitesse de pédalage est limitée, la taille des roues connait une croissance importante pour que les vitesses atteintes puissent augmenter.
Le grand-bi possède une roue avant d'environ 1,20-1,30 m de diamètre et une roue arrière ne dépassant pas 40 cm de diamètre La roue motrice est la roue avant, sur laquelle sont attachées des pédalesIl n'y pas de roue libre, le cycliste est donc obligé de pédaler en permanence, les roues sont en acier, et sont entourées d'une fine bande de caoutchouc, afin de diminuer les chocs de la route, les tubes du cadre sont en acier léger, la selle est placée très en avant, légèrement en arrière de l'axe de la roue avant. Certains modèles possèdent une marche qui aide à la montée.

Guerre, victoire et défaite passé, c'est dans les années 60 que le développement économique et social dans le monde s’est construit sur l’automobile, 
L’industrie automobile fournissait du travail, la voiture permettait de se déplacer dans des villes de plus en plus étalées et donc Le vélo est devenu prolo 
Les années 2000 voient franchement le retour du vélo en ville, tous les facteurs sont là, des services de location incitent le public à s’y mettre, et le remettent « à la mode » La pression des messages environnementaux, l’augmentation du prix du pétrole, la certitude que le mode de vie reposant sur l’automobile est désormais révolu rendent le vélo populaire, le vélo de ville devient enfin un vrai marché, les vélos deviennent design, la diversité explose, les vélos électriques apparaissent, une solution est proposée pour chaque besoin spécifique.






1/18/2012

Guimarães Ville Historique

Guimarâes est une ville du Portugal, située dans le Distric de Braga, dans Nord du Pays.
Elle est le chef-lieu d'une municipalité de 241.05 Km² et de 162 636 Habitants 


Son centre historique est inscrit depuis 2001 sur la liste du patrimoine mondial de l'UNESCO

                                                                  Carte Postale du Portugal 


La ville historique de   Guimarâes  est associée à la formation de l'identité nationale portugaise au XIIe siècle.

Exemple extrêmement bien préservé et authentique de la transformation d'une ville médiévale en ville moderne, elle à conservé une riche typologie de bâtiments qui témoigne de l'évolution des matériaux et des technique de construction traditionnels.

Guimarâes possède une valeur universelle considérable, en ce que des technique spécialisées de construction qui y furent mises au point au moyen Âge furent ensuite transmises aux colonies portugaises fondamentales.

Exceptionnellement bien préservée,   Guimarâes  illustre l'évolution de divers type d'édifice depuis le peuplement médiéval jusqu'à la ville actuelle, particulièrement entre le XVe et le XIXe siècle.

1/14/2012

Révolution du 14 Janvier-Tunisie

Aujourd'hui les Tunisiens, ont fête à travers toutes la Tunisie le premier anniversaire de la chute du régime Ben Ali, déja un an que ''la Révolution de la Dignité'' à changer le destin de ce pays à tout jamais.


A gauche : Un Timbre à l'effigie de MOHAMED BOUAZIZI
A droite   : Un Timbre montrant des manifestants agiter les drapeaux de leur pays libéré de l'ancien régime, en revendiquant (Vive la Révolution du14 Janvier)   


Série complète de 04 timbres, émis le Vendredi 25 Mars 2011.




                                                          
Timbre émis aujourd'hui-14 Janvier-2012 à l'ocassion de la célebration du premier anniversaire de la révolution de la dignité